Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/550

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



UNE IDÉE


Air : soir et matin sur la fougère


Des maux présents l’âme obsédée
Je rêvais en vrai songe-creux,
Quand devant moi passe une idée.
Une idée ! Oui, bourgeois peureux.
Celle-ci, Messieurs, jeune et belle,
Est faible encor ; mais je prétends,
Si le bon Dieu prend pitié d’elle,
La voir grandir en peu de temps.