Page:Babeuf Gracchus - Du systeme de depopulation.djvu/124

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1 25 toujours , parceque toujours vos principes sont

les miens ; songez au navire ou ä des maisons pr0pres à former des prisons d’arrêts , des dépôts sûrs s. C’est à ce même temps que paraissent se placer ces premiers faits : i . Lusignan ,0 général de brigade , quoique prévenu des intentions et de la bonne volon- té des habitans des campagnes des environs de. Nentes _, dont les jeunes gens venaient r s’offrir de s'enrôler , se livrait aux actes ar— bitraires et aux cruautôs les plus révoltantes. Il alla au village de la Pallère, près les forges de Cugan , avec environ 30 cavaliers. Ren— contrant des femmes de ce village , il leur de— .manda 'oü itaient leurs maris; ellea répondi- rent qu’ils étaient chez eux à faire des étoffes. Lusignan leur dit de les faire venir; Leshom-g mes vinrent- sur—le-Charrlp avec'leur tabliertle v travail; il leur çommande de le  ; ils . chassent, et arrivés à Clisson au nombre de _ dix-huit , dix-sept sont fusillés; plusieurs pu- etrea fusillqu eurent lieu (le lanênle manière, _ ‘ _ Ï et 'méta’yers aux forges et qui" ï ' L ' ' f même étaient venus Nantes charmyer pen- _. _ dant‘ plusieurs semaines , à'la râqmèsition' ' ' 1 '