Page:Bacon - Œuvres, tome 3.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
243
DES SCIENCES, L. VIII. CH. II.

de dédain et des termes méprisans, on n’en seroit pas plus avancé, De quelque manière que nous nous y prenions, nous perdrons de notre considération, et nous aurons peine à nous tirer d’affaire. Ce sera bien pis, si cet homme avec lequel nous contestons, a quelque teinte de folie ; je veux dire, s’il est quelque peu téméraire et insolent.

Parabole

4. Garde-toi de prêter l’oreille à tous les propos qu’on peut tenir, de peur d’entendre ton serviteur disant du mal de toi.

Explication.

Il est incroyable combien cette inutile curiosité et cette excessive envie de savoir ce qu’on pense de nous, répand d’amertume sur notre vie ; je veux dire, quand nous allons épiant tous ces secrets, dont la découverte ne fait que nous affliger, et n’avance point du tout nos affaires. Car, 1°. tout ce que nous y gagnons, c’est de l’inquiétude et du chagrin, tout en ce monde n’étant qu’ingra-