Page:Bacon - Œuvres, tome 3.djvu/350

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
344
DE LA DIGNITÉ ET ACCROIS.

d’un caractère dissimulé, de prudence du dernier ordre, et donne le premier rang aux moyens vraiment politiques ; attribuant les premiers à Tibère et les derniers à Auguste} car, en parlant de Livie il s’exprime ainsi : son génie quadroit tout à la fois avec l’adresse, de son époux et le caractère dissimulé de son fis.

Quant à ce pli et ce tour qu’il faut donner à son esprit, on doit prendre peine à le rendre souple et obéissant aux occasions et aux circonstances ; en ôter toute dureté, toute roideur. Car il n’est point de plus grand obstacle dans les affaires et dans le projet d’établir sa fortune, que le défaut exprimé par ces mots : il demeurait toujours le même, et cependant les mêmes qualités n’étoient plus de mise. Je veux parler du défaut de ces gens qui demeurent toujours les mêmes et qui continuent de céder à leur penchant, quoique les temps soient changés. Aussi Tite-Live nous présente-t-il le premier Caton comme un très habile