Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vres), le Grihayajña (sacrifice domestique) qui est éternel, le Pañcabhoûtanriyajña (sacrifice de l'homme dans ses rapports avec les cinq sortes d’êtres). Du sacrifice provient tout ce monde.

791. Kapardin (Çiva chevelu) créa (son) arc au moyen du Lokayajna et du Nriyajna (sacrifice des hommes), l'arc créé mesurait cinq kishkous (coudées).

792. Ô Bharatide, le cri de Vashat ! en était la corde. Les quatre parties du sacrifice formaient sa garniture.

793. Alors Mahâdeva, irrité, se dirigea vers l’endroit même où les dieux offraient leur sacrifice.

794. En voyant cet immuable brahmacârin qui tenait son arc, la desse Terre chancela et les montagnes tremblèrent.

795. Le vent cessa de souffler, le feu allumé cessa de briller, les étoiles épouvantées se mirent à errer çà et là dans le ciel.

796. Le soleil cessa de briller, ainsi que Soma (la lune), qui avait perdu son disque magnifique. Le ciel entier fut troublé et plongé dans l’obscurité.

797. Les dieux, rendus perplexes, ne reconnaissaient plus les objets (qui les entouraient). Le sacrifice cessa de brûler et les divinités tremblèrent.

798. Alors (Mahâdeva) atteignit, d’une flèche au cœur, le sacrifice qui, s’étant transformé en une gazelle, s’enfuit avec le feu .

799. Sous cette forme il atteignit le ciel et y resplendit, suivi par Roudra à la voûte céleste, ô Youdhishthira.

800. Puis, quand le sacrifice fut parti, l’intelligence n’éclaira plus les dieux qui, privés d’intelligence, ne connurent plus rien.