Page:Balzac, Chasles, Rabou - Contes bruns, 1832.djvu/194

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

cette ame qui n’était point encore entièrement corrompue.

»Je ne sais si ma femme s’aperçut de la contrainte et du tourment que j’éprouvais, il y eut entre nous un moment d’embarras et de silence, puis je pris tout à coup ma résolution.

» — Emmenez les enfans dans la chambre de leur nourrice.

»On les emmena, je restai en silence : Marie les vit partir sans leur adresser un mot, sans leur faire une caresse ; sa stupeur acheva de me convaincre. Quand la porte fut fermée je la regardai, elle était pâle ; elle arrêtait sur moi un œil hagard, et restait muette devant moi.

» — Madame, veuillez répondre à quelques questions.

»Elle se tut.

» — Quand avez-vous fait connaissance avec sir Ormond Mondeville ?