Page:Balzac - Œuvres complètes, éd. Houssiaux, 1874, tome 20.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


N’estoyt-ce pas ung rusé compaignon ? aussy avoyt-il ung chapeau rouge !

— Ah ! ah ! mon bon compère, dit-il à l’évesque, ie me félicite d’estre en votre compaignie, et suis aise d’avoir sceu chasser ce petit cuistre indigne de Madame, d’autant que, si vous l’aviez approuché, ma toute belle et fringuante bische, vous eussiez pu trespasser indignement, par le faict d’un simple prebstre…

— Hé ! comment ?…

— C’est le scribe à monsieur l’archevesque de Bourdeaux !… Or, le bonhomme ha esté prins ce matin de la contagion…

L’évesque ouvrit la bouche comme s’il vouloyt avaller un fourmaige…

— Hé ! d’où sçavez-vous cela ?… demanda-t-il.

— Vère… dit le cardinal en prenant la main au bon Allemand, ie viens de l’administrer et consoler… À ceste heure, le sainct homme ha bon vent pour voguer en paradiz.

L’évesque de Coire monstra combien les gros hommes sont légiers ; pour ce que les gens bien pansus ont, par la graace de Dieu, en rescompense de leurs travaulx, les tubes intérieurs élasticques comme ballons. Or, ce dict évesque saulta d’ung bond en arrière, en suant d’ahan, toussant déià comme ung bœuf qui trouve des plumes dans son mangier. Puis, ayant blesmi tout à coup, il desgringola par les degrez sans seulement dire adieu à Madame. Quand l’huys feut fermé sur l’évesque, et qu’il desvalla par les rues, monsieur de Raguse se print à rire et à vouloir gausser.

— Ah ! ma mignonne, suis-je pas digne d’estre pape et, mieulx que cela, ton guallant ce soir ?…

Mais, voyant l’Impéria soulcieuse, il s’approucha d’elle pour la mignardement enlasser dans ses bras et la mignotter à la fasson des cardinaulx, gens brimballant mieulx que tous aultres, voire mesme que les soudards, en ce qu’ils sont oizifs, et ne guastent point leurs esprits essentiels.

— Ha ! ha ! fit-elle en reculant, tu veux ma mort… fou métropolitain… Le principal pour vous est de vous gaudir, meschant ruffian, et mon ioly caz, chouse accessoire. Que ta ioie me tue, vous me canoniserez, est-ce pas ?… Ah ! vous avez la cocqueluche et me voulez !… Tourne et vire ailleurs, moyne despourvu de cervelle… — Et ne me touche aulcunement, fit-elle en le voyant s’advancer, sinon, ie te gourmande avecqucs ce poignard.