Page:Balzac - Pensées, sujets, fragments, éd. Crépet, 1910.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
110
PENSÉES, SUJETS, FRAGMENS

colonie au-dessous d’une trentaine de millions, avait été souvent l’objet de nos recherches ; ses anciens secrétaires et autres en certifiaient l’existence, mais ils affirmaient également que Toussaint lui seul avait le secret de l’endroit où il l’avait fait enfouir dans les montagnes de Cahos, et que, pour que ce secret devînt à jamais le sien, il avait fait tuer, la nuit, pendant leur sommeil, ceux qui avaient été chargés de cette opération, hommes fidèles et dévoués que lui seul avait conduits dans le lieu qu’il avait choisi. Une fois en France et en prison, Toussaint n’avait plus rien à dire à personne, il ne lutta qu’avec le silence contre une captivité qu’il jugea bien devoir être éternelle. La même volonté qui, de tout temps, lui avait fait renfermer en lui seul tous ses projets, lui servit à renfermer en lui seul tous ses chagrins. Depuis son embarquement aux Gonaïves jusqu’à sa mort au fort de Joux, aucune plainte ne sortit de sa bouche, jaloux de ne vivre que pour lui seul et de mourir tout entier et sans confident, comme il avait vécu. »

Finir la fille aux yeux d’or l.

Sarrasine.

La transaction. — Une vue du monde.

Conversation entre onze heures et minuit.

Parue en 1834-35.