Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
23
ÉSOPE


Orétès

Et nous le confondrons avant peu, s’il ne cède
À nos raisons.


Cydias

À nos raisons. La peine à son bonheur succède.


Orétès

Il est temps !


Cydias

Il est temps ! Dès ce soir, nous prendrons un parti.


Orétès

Enfin !


Cydias

Enfin ! Depuis deux ans qu’Ésope était parti,
On le croyait, parmi ses diverses fortunes,
Mort, oublié, perdu comme les vieilles lunes.


Orétès

Pas du tout. Il revient de loin.


Cydias

Pas du tout. Il revient de loin. Toujours boudeur.


Orétès

Et le bon Roi, féru de son ambassadeur,
Poursuit déjà le cours de ses projets sinistres.


Cydias

Il en ferait l’égal de nous autres, ministres !
Et se réjouit trop à le voir de retour.


Orétès

Parlons bas. Justement c’est lui qui vient.

(Entre Ésope, embelli, transfiguré, magnifiquement vêtu. Il est plongé dans ses réflexions, et ne voit pas d’abord les ministres.)