Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
ÉSOPE


Orétès

Il parle très bien.


Cydias

Il parle très bien. Que notre savoir s’exerce —


Orétès

Et nous palperons l’or, le bon or de la Perse.


Cydias

L’or, c’est la vertu même et le premier des biens.


Orétès

Cet Ésope, ce fou ! qui nous appelait : chiens !
Et nous traitait déjà comme des bêtes mortes.
Fort bien. Mais nous allons voir.

(Apercevant le Roi, Orétès et Cydias se retirent à l’écart, dans un coin de la scène. — Entrent Crésus, Rhodope et Ésope, couvert d’un très riche manteau, suivis de loin par Ceyx, qui demeure au fond du théâtre.)



Scène dixième


ORÉTÈS, CYDIAS, CRÉSUS, RHODOPE, ÉSOPE, CEYX, LICHAS, puis des lydiens, seigneurs, citoyens, femmes, vieillards, enfants.



Crésus, à Ceyx.

Fort bien. Mais nous allons voir. Fais ouvrir les portes
De ce palais, où la Force et moi, nous régnons,
Et que tout citoyen puisse entrer.

(Entrent les Lydiens).

Et que tout citoyen puisse entrer. Compagnons,
Ô vous que j’ai guidés vers les belles victoires
Et qui m’avez conquis tous mes grands territoires,
Et toi de qui je fus le fidèle gardien,
Ô peuple industrieux du pays Lydien,
Vous, forgerons de l’or qui se métamorphose,
Et vous, savants tisseurs des étoffes de rose,