Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
ÉSOPE

Qui, de ses yeux d’azur, regardant les cieux clairs,
Tient dans sa main la chaste épée aux fiers éclairs.
Tu songes à nos maux, pendant la nuit obscure,
Et comme un rayon dans la source toujours pure.
La sainte vérité dans tes yeux resplendit.
Voilà ce que je vois.

(Rhodope sort, en jetant à Esope un regard d’encouragement et de consolation).

Crésus, à Ceyx et à Lichas.

Voilà ce que je vois. Faites ce que j’ai dit.