Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
le sang de la coupe

Sous ta sérénité cache aussi ton secret !
Réponds, ai-je tenu ma parole, ô forêt ?
Et n’ai-je pas rendu mon âme et mon visage
Silencieux et doux comme un beau paysage ?


Octobre 1854.

Guaita - Rosa mystica, 1885 (page 154 crop).jpg