Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
122
le sang de la coupe

De ce ciel poétique où resplendit ta gloire,
Vois, d’un œil indulgent, épris de ta raison,
Se réunir ici pour fêter ta mémoire
Les derniers serviteurs venus dans la maison !


Couronnement du buste. — Apothéose.