Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/132

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



De ce ciel poétique où resplendit ta gloire,
Vois, d’un œil indulgent, épris de ta raison,
Se réunir ici pour fêter ta mémoire
Les derniers serviteurs venus dans la maison !


Couronnement du buste. — Apothéose.