Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



LE SANG DE LA COUPE


L’Invincible

Ris sous la griffe des vautours,
Cœur meurtri, que leur bec entame !
Vas-tu te plaindre d’une femme ?
Non ! je veux boire à ses amours !
Je boirai le vin et la lie,
O Furie aux cheveux flottants !
Pour mieux pouvoir en même temps
Trouver la haine et la folie.