Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
42
le sang de la coupe

Écoute ! il tombe, heureux de voir tous ceux qu’il aime
Bien vivants par sa mort et bien rassasiés ;
Mais que penserait-il à cette heure suprême
En fermant vers le ciel ses yeux extasiés ;

Quelle angoisse tordrait cette pure victime
Si, lorsqu’elle agonise et qu’elle expire enfin,
Tout gonflés et repus de son cœur magnanime,
Ses petits lui disaient : Nous avons encor faim !


Février 1849.

Guaita - Rosa mystica, 1885 (page 74 crop).jpg