Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mon Dracès désormais le trouvera chez lui.
Sois béni par les Dieux, dont l’oreille m’écoute,
Ô maître excellent, toi qui m’as fait voir ma route !

À ce moment on voit Xantippe, qui paraît sur la terrasse.



Scène VII


MYRRHINE, SOCRATE, XANTIPPE d’abord cachée.



Xantippe, à part.

Que se disent-ils donc ? Ils parlent bien longtemps !
Écoutons.


Myrrhine, à Socrate.

Écoutons. Je le sais depuis que je t’entends,
Je puis vaincre, et je n’ai plus rien qui m’embarrasse.


Socrate, avec bonté.

Va donc.

Myrrhine va pour sortir ; mais elle revient vers Socrate, par un vif mouvement d’admiration et de reconnaissance.

Myrrhine.

Va donc. Bon philosophe, il faut que je t’embrasse !

Elle prend dans ses mains la tête de Socrate, et applique sur son front et sur ses joues de bons gros baisers. Xantippe entre à ce même moment et court vers Myrrhine, en proie à la plus violente fureur.

Xantippe.

Bon appétit, Myrrhine !


Myrrhine, surprise.

Bon appétit, Myrrhine ! Ah ! Xantippe !