Page:Banville - Théophile Gautier, ode, 1872.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Toi, qui sus donner à la prose
Le prisme durable et charmant
Que traverse un éclair de rose,
Et le poli du diamant !

Toi qui répands de ta main pleine
Toute une riche floraison !
Dernier fils du chantre d’Hélène !
Âme, sagesse, esprit, raison,

Amant du beau, du vrai, du juste,
Entre parmi les dieux de l’art,
Et viens prendre ta place auguste
Entre Rabelais et Ronsard !


23 — 24, octobre 1872.