Page:Barbey d’Aurevilly - À côté de la grande histoire, 1906.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plaudissement, d’encouragement, de popularité. Voilà pourquoi nous épaulons ardemment ce projet d’œuvres complètes de l’auteur du Grand désert[1]. C’est un hommage à l’Armée, puisque c’est son histoire. À nos yeux, l’Armée n’est pas seulement le fourreau d’où sortent les empires : Saliens in æternum ! mais elle est encore le ciment qui les conserve et qui les fait durer. Nous ne mettons rien au-dessus de cette force sociale qui recommencerait les sociétés, si les sociétés périssaient, parce que l’esprit de l’armée, c’est le sacrifice. Nous, chrétien, nous oserions prendre sur notre conscience la responsabilité du mot audacieux, échappé à un des plus éloquents penseurs que le Catholicisme contemporain ait produits : « L’armée est à la France ce que « Notre-Seigneur Jésus-Christ est à la sainte Trinité, « car, de même que le sang de Jésus-Christ est dans « le pain de l’Eucharistie, dans le pain que mange « la France il y a du sang de l’armée I »

  1. Chaix