Page:Barbey d’Aurevilly - Premier Memorandum, 1900.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au demeurant le meilleur fils du monde. — Bu je ne sais combien de verres d’eau sucrée et d’eau de Cologne. — Assez content de ma digestion. — Regardé par ma fenêtre, écrit ceci et vais me coucher.


14 août.


Aujourd’hui dimanche. — Journée vide. — écrit ce matin à ma grand’mère. — Reçu une lettre d’Ernest annonçant l’époque de son mariage. C’est le 1er Octobre que la singulière cérémonie s’accomplit. — Reçu du monde toute la journée. — Dans les intervalles des visites, pris une note dans De Pradt et lu Pausanias. — Dîné avec De Guérin. — Trouvé Th... et sa maîtresse au Palais-Royal. Assis près d’eux et dit toutes sortes de folies et de fatuités. — Achevé le soir au café. — Rentré. — La digestion sans trop de souffrances, mais ennuyé, et sans savoir à quoi briser mes pensées. — Je vais essayer du sommeil. — Je dîne en ville demain, à ce que je crois, et un dîner d’hommes où il fera furieusement chaud par cet énervant temps d’orage. — J’aimerais mieux avoir toute autre perspective que celle-là.

Memo. — Pensé à écrire à X... demain. J’ai déjà trop tardé.