Page:Barbey d’Aurevilly - Premier Memorandum, 1900.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Lu Pausanias, — douteux comme toujours, mais cependant soumis à l'opinion de son temps et se taisant par cela même sur bien des choses. Parle avec dédain des femmes. Les trouve plus déréglées dans leurs désirs que les hommes (ce qui est vrai) à propos du collier d'ériphyle pour lequel Callirhoé, fille d'Achéloüs, fit tuer Alcméon. — innocente fantaisie ! — Guérin est venu. Pendant qu'il a été là, coiffé et habillé presque. — quand il a été parti, lu une thèse en chirurgie assez bien faite.

J'aime ces matières-là. Elles attirent irrésistiblement mon esprit. Les sciences dans lesquelles on n'est pas versé et qu'on pénètre seulement par échappées,

sont les plus beaux poëmes possibles pour l'imagination des hommes. — j'écris imagination parce qu'elles ne sont que des réalités entrevues.

à cinq heures et demie, monté en voiture. Un temps gris, pluvieux, spleenétique. -allé dîner.

Ces messieurs (G... et Q...) sont venus. Dîné longtemps et copieusement, et couronné le tout d'une bouteille de Graves et des plus joyeux propos, avec une légère nuance libertine qui est à la conversation d'un dîner de garçons ce que le rouge est à une femme : — mis en petite quantité, il anime les yeux et fait très bien ; en trop grande, il rend affreuse et ignoble. — au café, G... seulement et moi. Resté longtemps à cause de la pluie. Mauvaise saison ! On ne peut encore aller dans le monde