Page:Barbusse - Le Feu : journal d’une escouade.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


toute la face remuante, il semble mâcher des vers.

— Ici, nous dit un alpin qui passe, ils ont fait le coup du drapeau blanc – et comme i’s avaient affaire à des Bicots, tu parles si on les a ratés !… Tiens, v’là l’drapeau blanc, justement, qu’ces fumiers se sont servis.

Il empoigne et secoue une longue hampe qui gît là, et sur laquelle est cloué un carré d’étoffe blanche – qui se déploie innocemment.

… Une théorie de porteurs de pelles s’avance le long du boyau démantelé. Ils ont l’ordre de faire tomber la terre dans les restes des tranchées, de boucher tout, pour enterrer les corps sur place. Ainsi, ces travailleurs casqués vont accomplir, en cet endroit, œuvre de justiciers, en restituant leurs pleines formes à ces campagnes, en nivelant ces trous déjà à demi comblés par des chargements d’envahisseurs.

De l’autre côté du boyau, on m’appelle : un homme assis par terre, appuyé à un piquet. C’est le père Ramure. Par sa capote et sa veste déboutonnées, on voit des bandages qui lui entourent la poitrine.

— Les infirmiers sont venus me panser, me dit-il d’une voix creuse et légère, pleine de souffles, mais on ne pourra pas m’emporter d’ici avant ce soir. Mais, j’l’sais bien, j’vas passer d’un moment à l’autre.

Il hoche la tête :

— Reste un peu, me demande-t-il.

Il s’attendrit. Des larmes coulent de ses yeux. Il me tend la main et retient la mienne. Il voudrait me parler longuement et presque se confesser :

— J’ai été honnête homme avant la guerre, fait-il, tout en bavant ses larmes. J’travaillais du matin au soir pour nourrir la smala. Et puis, j’suis v’nu par ici pour tuer des Boches. Et maintenant, j’ai été tué… Écoute, écoute, écoute, ne t’en va pas, écoute-moi…