Page:Barrès – L’Appel au Soldat.djvu/358

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
352
L’APPEL AU SOLDAT

tâche d’ensemble est de maintenir le nationalisme français. Il faut affermir la mentalité française sur toute la surface de notre territoire, car jusque chez nous les étrangers tendent à appliquer la méthode destructive sous laquelle se transforment les territoires annexés.

(De Sierck à Trêves, par Remich, 52 kil.)

Par un soleil délicieux, ils quittèrent Sierck et passèrent le bac à Apach. C’est entre cette ville et Perl, à quatre kilomètres de Sierck, qu’avant 1870 la ligne de frontière séparait la France de la Prusse rhénane. Rive gauche, Sturel et Saint-Phlin roulaient sur le territoire du grand-duché souverain de Luxembourg. Sur la rive droite, ils voyaient l’empire d’Allemagne. La douceur reposante de la Moselle fait contraste avec la suite de querelles qu’évoquent ces lieux perpétuellement disputés par deux grandes races. Elle coule bleue dans les vignobles et dans des prairies ; sur sa rive des chalets aux fenêtres largement ouvertes annoncent des chambres à louer. Petites maisons à la française, perpétuellement rafraîchies par le vent de la rivière, égayées par le vin innocent des coteaux et d’où l’on n’entend rien que le bruit d’une faux aiguisée, des enfants, un chant de coq, un village qui donne l’heure, de jolis silences. Il est impossible de les entrevoir sans imaginer qu’on y passerait d’excellentes vacances.

Sur cette belle route plate vers Remich, ils retrouvaient les paysages de Charmes, de Rayon, de Bainville-aux-Miroirs, mais agrandis, plus forts, comme la vigne, qui fait leur principal élément. La petite fille Moselle est devenue jeune femme.