Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


convenables. Qu’est-ce que ces plaisanteries sur le Prophète et les bottes de veau ? Tâchez, ce soir, de bien vous tenir devant l’Organe, car il est néreux[1]….. Délicatesse bien naturelle, ajoute Léopold en levant les yeux au ciel, chez un homme assisté dans toutes les circonstances de sa vie, à sa droite par l’ange Gabriel, à sa gauche par l’ange saint Michel, et suivi de soixante-dix mille esprits célestes qui, distribués en chœur, chantent les louanges de Dieu.

L’agape fut très réussie. Au dessert, Léopold pria l’Organe de chanter certains cantiques qu’il se souvenait avec attendrissement d’avoir entendus à Tilly. L’Organe tourna vers son disciple des yeux pleins d’affection et répondit :

— Tu me demandes, fils, des cantiques de Tilly ? C’est demander à un fugitif qu’il cherche à se rappeler ce que la bonté divine s’est plu à vouloir effacer dans le souvenir de ses douleurs.

Cependant il chanta, d’une voix pleine de magie.

  1. Néreux, vieux mot du patois lorrain : il s’entend au moral d’une personne qui répugne à manger avec des gens malpropres.