Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Puis il pria les messieurs Baillard de le guider à travers la maison.

M. Libonom n’était pas un méchant homme. À la cave, il ne saisit pas les légumes ni le peu de vin qui restait encore au fond du tonneau, et dans l’étable il ne calcula pas strictement la part que la loi accorde au pauvre homme pour la nourriture de sa vache. Mais par malheur, auprès de la bête, on trouva sœur Marthe, et avisant cette figure innocente, le maire lui demanda brusquement :

— Ma sœur, n’est-il pas vrai qu’on a conduit à pleines charrettes des meubles d’ici à Saxon ?

La bonne sœur fit signe que oui.

En vain Quirin protesta-t-il qu’un huissier n’avait pas le droit d’ouvrir une enquête et que c’était l’affaire du juge d’instruction, le maire, haussant la voix, énuméra les maisons où il avait vu décharger les charrettes, et invita l’huissier à dresser séance tenante un procès-verbal que la pauvre sœur Marthe eut la simplicité de signer.

Le jeudi saint, au matin, Léopold faisait sa méditation et se pénétrait de la tristesse de ce jour, sur lequel la liturgie répand la teinte sombre des funérailles, quand les jeunes filles