Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur la place. Il appela de nouveau, jeta une poignée de terre contre les vitres, et puis, décidément inquiet de tant d’immobilité et de silence, il pénétra à travers les couloirs jusqu’à la chambre. La Noire Marie était là, couchée sur le dos et les yeux largement ouverts… Son arrivée mit en fuite toute une armée de rats qui couraient sur le corps de la vieille femme et qui lui avaient déjà mangé les pieds.

Événement d’immense importance ! Il sautait aux yeux que le couvent, si ruiné qu’il fût, à cause de sa position éminente et de sa longue histoire, devait redevenir un bien d’église. Et sur-le-champ un bruit arriva de Nancy que l’évêque en faisait son affaire. Les pauvres Baillard n’étaient pas prêts à lui disputer cette acquisition au feu des enchères. Ils prévirent avec angoisse l’installation solennelle sur la colline de leurs ennemis les oblats. Ils comprirent clairement ce que Léopold avait discerné dès son retour, que leur vieille ennemie, en s’obstinant à garder sa ruine, avait favorisé leurs chances et collaboré aux plans de la Providence. Ô dérision, mystère ! Que les moyens de Dieu sont cachés ! Celle qui avait décidé de leur déchéance, ils durent la pleurer. Ils furent même les seuls. Tout le