Page:Barzaz Breiz 4e edition 1846 vol 2.djvu/178

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« On fit donc entrer la nuit même, dit le moine, quatre femmes dans le bas-chœur de notre chapelle pour ensevelir les corps, et quatre hommes pour faire quatre fosses ; ils les creusèrent sur une même ligne au haut de la nef, pendant que les religieux récitaient matines et laudes. Après qu’ils eurent fini, le Père supérieur fit les quatre enterrements, en récitant avec les autres religieux, mais sans chanter, la prière de l’Église pour l’inhumation des morts. » La messe des morts fut dite avec des ornements blancs. Le Régent avait réglé lui-même le cérémonial de l’enterrement. Cette grande page d’histoire, qui mériterait de figurer à côté des tableaux les plus pathétiques de Walter Scott, a été, en partie, peinte par M. Paul Féval, avec des couleurs dignes du romancier d’Ecosse.


________