Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


guère. Ch’était un grand diâbe, malin comme un singe, terjoû en mouv’ment, terjoû content d’li. Fallait l’vê entrer sans rigoler, sans dire eun’ parole, pis s’mette à embrachi tout l’monde comme un fou, l’couosin Paul itout qui f’sait la grimache. Fallait l’vê, c’coquin-là, couori apreux la couosine Victorène derriére la tâbe et les quéres, l’attraper où qu’y pouvait, pis la prend’ par la taille ou par sé cotillons. Fallait l’entend’ alors embrachi à touor dé bras la couosine qui f’sait des magniéres pass’que y avait du monde, l’embrachi enco, et r’commenchi d’pus belle pendant eun’ bonn’ minute ! Non, y avait d’quiè s’kerver d’rire lorsqu’apreux c’t’abominâtion y s’en rev’nait à la ch’minée avec des z’yeux ébellouis et la moustache ébouorifée, pendant qu’les p’tiots à L’bailly, qui riaient comme des bochus, fallait vê ! sautaient comme li, kerryaient comme li, mais d’eun’ voix co pus vipârde, pendant qu’dérière, la couosine Victorène, tout’ rouge, r’mettait un brin d’ordre dans ses g’veux et dans sa taîlle.

L’bailly, li, d’bout d’vant la tâbe, les bras ertroussés jusqu’aux coûdes, y détrempait d’la fleû dans eun’ grand’ castrole, c’qui n’l’empèchait pas d’rigoler des bêtises du couosin Jules… Apreux un bout d’temps, y décroquit du mur eun’ galetiére tout’ nére, la passit d’vant l’feu, la sécouit un brin et dit comme cha :

— Eh ben, qui qui va faire la permière galette ?

— L’couosin Jules ! l’couosin Jules ! s’ébèryirent les éfants en tâpant des mains.

— Oui, oui, dirent à leur touo, l’père et la mère, l’biau frère et la belle-seû, et surtout la couosine Victorène, qui kerryait co pus fort que l’z’aut’ por s’vengi.

Jules fit des magniéres, n’voulut pas, s’mit à conter eun’ histoère… ; cha n’print pas ; y dut gober la pilule. Y fut forchi dé s’mette un grand tabellier bleu dont les