Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Où qu’ch’est qu’est la Galette ?

(En patois des environs de Caen)




No s’amusait raide ben c’sai-là, tcheux l’facteur L’bailly. Dame, ch’est qu’y avait congé l’lend’main, et quant’y pouvait s’la couler douce, il en profitait por faire v’ni tcheux li san biau père et sa belle-mère, san biau-frère et sa belle-seû, l’couosin Paul, l’couosin Jules et la couosine Victorène. Sa maison n’était pas eun’mairie ben seur, mais no z’y avait tout d’mème de la plache por se r’touorner.

L’père et la mère Robillard s’assiéssaient opreux d’la ch’minée comme deux vieux pigeons qu’ont besoin d’chaleù. L’biau-frère et la belle-seû, des nouvè mariés, s’mettaient en face des bonnes gens, s’serraient l’un cont’l’aut’, s’catouoillaient, s’faisaient des malices, et, tout d’un coup, s’tordaient comme des baleines. L’couosin Paul était un p’tit blanc-bec qui n’gagnait pas ben gros au Crédit Yonnais et qui n’en f’sait pas por san tabac ; avec sa rèe sus l’còté d’l’orèle et les troè ou quat’ méchants brins de poèl qui s’battaient en duel d’souos san nez, il avait eun’ tête d’notaire ou d’tchustos.

L’couosin Jules, maricha de s’n’état, n’li r’semblait