Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


j’d’meure à côté d’ieux et qu’y n’ya qu’un r’fend qui no sépare.

— C’qué vo dites-là n’preuve pâs bié d’qué, dit l’persident qui c’menchit à s’hébéter.

— Ch’est bié possib’, fit la vieule, mais j’vo z’asseure qu’Tuboeû tâpait sus sa femme si dû qu’la cloèson en craquit et.....

— Y n’s’agit pâs d’cha, dit l’persident tout en râge. Av’oûs veu, oui ou non, Tuboeû batte sa femme, l’av’oûs veu ?

— Dame, non, dit la vieule.

— Eh bié, allez vo z’assière. »

Le vieule enl’vit ses pagnies, r’touornit à sa plache en grognant d’qué enterr’ ses dents.

Pieus, d’san côté, tout près d’ié, no dirait qu’ch’est ié qu’en est la cause, équiate un… c’ment qué j’dirai ?… un bri, non, un soupi, un grôs soupi, comme un potin du diâbe.

L’persident rouoge ed’ col’ére, s’lévit d’sa quière.

— Dites don, vo, j’vo rappelle au respect qu’vo d’vez au tribuna. »

La vieule l’ergârdit comme eun’ sainte mitouche.

— C’hest à mé qu’vo n’n’avez, moussieu l’persident ?

— Oui, ch’est à vo qui…

— L’av’oûs veu, en vo respectant ?

— Non, qu’réponit l’persident.

— Eh bié ! qu’é dit en foutant l’camp, allez vo z’assière !

Tandis qu’ l’persident d’meurait tout béete, les siens qu’étaient là s’ténaient l’vent’ por s’empéechi d’rire.

L’procé fut fini, Tuboeû et sa femme s’rac’modirent.