Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À qui qu’sert un bonnet d’coton

(En patois des environs de Falaise)




Vo n’connèchez pas eul’maire de.....? Bah ! y vaut mieux n’pâs nommer personne. Alors, vo n’connèchez pâs enn’tout sa fille Catherène. Eh ben, moussieu l’maire a biaucoup de monnaie, et il est si tellement fiéraud qu’il érait ben voulu marier sa fille au sous-perfet. Pou c’qui est de mam’zelle Catherène, malgré san p’tit air de n’pâs y touchi, ch’était un biau brin d’fille qui n’avait pâs frè é z’yeux. San père s’n’aperçut quand il essayit d’la mette en ménage ; il eut biau li causer d’argent, sans qui qu’no n’a rien, et pis d’aut’ chose itout ; è restit téetue comme eun’ bourrique. É réponit à san père qu’a n’s’marierait jamais aveuc l’notaire du chef-lieu d’canton pass’ qu’il était raide comme un morcè d’bois, ni aveuc l’gars à Guillou, l’richard mognier pass’ qu’il avait l’air béeta, ni aveuc l’apothicaire, ni aveuc l’agent-voier, ni aveuc personne.

Moussieu l’maire qu’était pâs eun’ bête, mais qui s’kerriait biaucoup pus malin qui n’était réyellement, y s’doutit de quéque truque. Y guettit les jeunes gars qui