Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lâchit d’mauvais mots à l’adrèche du grand Édouard. Bitôt y laissit san journâ, sortit eun’ minute, fit un tour d’gardin, rentrit, j’tit un coup d’yeux dans la queusaine, embrachi sa fille, dit l’bon sai à sa fâme et montit s’couchi.

Y dormait d’pieus y avait longtemps quand y fut révilli tout d’un coup. Il allongit l’bras gauche sans saver c’qu’y fésait ; sa fâme r’muait itout. Y r’gardit du côté d’la kerroisée : l’jou’ k’menchait à v’ni. À c’môment là, il entendit kerrier dans la cour :

— Catherène ! hé, Catherène ! »

Qui qu’chavoulait dire ? Y sautit du liet, y tendit l’oreille.

— Catherène, r’print la voix – la sienne du grand Édouard – donne-mé man bonnet d’coton.

— Attends un brin, réponit eun’aut’ voix, la sienne d’sa fille, à la chambre d’au d’sus. J’n’l’trouve pâs.

— Trache ben, y dait être dans tan liet. »

Quand il entendit cha, moussieu l’maire, enrâgi, ouvrit séquement la f’néete, poussit l’abat-vent d’un coup de poing et kerryit au grand Édouard :

— Ah ! canaille, qui qu’t’âs fait ? Tu t’marieras avec ma fille ou j’te tuerai comme un quien !

— Vo m’tuerez ? r’pliquit l’grand Édouard en s’foutant d’li ; voul’oûs qu’j’aille vo cherchi un fûzi ?

— Prendras-tu ma fille ? d’mandit moussieu l’maire, hors de li.

— Cha dépend, qui qu’sont vos conditions ?

— Mes conditions !..... Eh ben, ch’est trop fort !

— Vo kerriez ? Mais je n’vo la demande pas, vot’fille, vo povez la garder asteu.

— Écoute-mè, j’serai acc’modant ; je pouèrai la neuche.

— Tout cha ?

— Attends ! J’vo z’aj’t’rai des meubles, j’vo log’rai.