Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pouvaient r’luquer sa fille, y fit caûser les bonnes fames du quartier, surtout dô troè tapettes qu’éraient rendu des points à pus d’un commissaire eud’pôlice ; y n’put rien découvri. Y sentait tout d’méeme que l’entéetement de Catherène muchait quéque chose… ou quéqu’un.

Un sé qui v’nait d’souper, san grand valet Édouard li d’mandit un bout de causette. D’habitude, y n’tait pas effouchi, c’biau gars qu’les yeux li flambaient à la tête ; portant, c’sé-là, y manquait d’toupet : y baissait la tête, y r’gardait l’bout d’ses souliers ; y tournait san feutre enterr’ ses dets ; no z’érait dit qu’il avait la colique.

Dès l’kémench’ment de c’qu’Édouard dit, moussieu l’maire éclatit d’colère ; comment ! y s’permettait, li, un méchant valet, de d’mander en mariage la fille d’san maîte, d’un richard, d’un gros bonnet, du sien qui condisait la commeune ; voulait-y s’foute d’eun’ grosse léguieume ? Édouard essayit d’s’espliqui ; moussieu l’maire li clôsit l’bè, donnit d’grands coups d’poing sus la tàbe, sautit d’sa quaire, ouvrit la porte et kerryit à l’aut’ d’foute l’camp et d’aller faire ses paquets. Édouard s’n’allit sans r’pliqui.

Si moussieu l’maire avait été moins prêssé d’raconter la chose à sa fâme, il érait sieuvi l’grand Édouard, y l’érait vu itout donner à la jolie fille un bonnet, – oui, un bonnet d’coton ! – et s’éloègni à travers les camps, les mains dans les pouquettes et grichant comme un ouaizè.

Mais moussieu l’maire avait la cervelle sens sus d’sous. Pou s’calmer un brin, y print le journâ. L’artic’ li semblit anarchiste ! Avec d’z’artic’ comme cha, no z’excitait les ouverriers cont’ les patrons, no fourrait dans la caboche des paures bougres d’z’idées idiotes comme la sienne de d’mander en mariage la fille d’leû maît’. À c’t’idée-là, moussieu l’maire grinchit des dents, hauchit l’z’épaules et