Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Eun’ Visite cheux l’Mèd’chin

(En patois des environs de Pont-l’Évêque)




Ah ! mes pauv’s éfants, mes pauv’s éfants, j’viens d’en aver eun’ histoère ! Vo n’deviné pas ? Mais r’gardè mé donc ! Vo n’veyez pas comm’ e’j’sieus tout pâlot ? Vo n’savè pas c’qué j’ai ? Eh ben ! mé, je n’savais point n’tout ; ’hest ben pour cha qu’j’ai été vée un méd’chin. Ah ! pas un méd’chin d’quat’ sous, mais un grand méd’chin d’Caen qui d’mand’ pas moins qué d’chent sous à ses clients ; et pis ses clients, c’est qu’y sont chouettes, faut vée cha ! Y a eun’ p’tit’ bonne qui vous r’çoit à la porte, un biau brin d’fille, ma foè ! c’est gentil comme un p’tit quieur, cha n’est qué d’dentelles des pieds à la tête. Pis, c’est si tellement biau cheux c’grand mèd’chin, j’en sieus encore tout épaté !

Après avoir attendu je n’sais combié de temps, c’qu’était pas pus amusant qu’cha – mais ça s’comprend, ’hest un si grand mèd’chin – après avoir baîllé je n’sais combié d’coups, c’qu’avait l’air d’étonner l’z’autres, no m’fit entrer dans un cabinet. Ah ! mais ! ’hest pas c’qué vo créyez, ’ha chentait bon là-d’dans ! L’grand mèd’chin, qu’était ma fouè un p’tit courte-botte – ah ! j’parierais