Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’sa femme l’y boulotterait d’la soupe sus la tête – y m’dit comme cha :

— Eh ben ! asséy’oûs, quéqu’ vo z’avez comme cha ?

— J’cré ben qu’j’ai eun’ maladie, que j’li dis.

— Mais, quelle maladie ?

— Dame, moussieu, c’est justement c’qué j’voudrais ben saver.

— Ah !… Quéqu’ vo sentez ?

— J’sens d’qué qui m’monte et qui m’descend dans l’estomac, comme si y avait un ramoneux qui m’ramon’rait toujou.

— Y a-t-y longtemps qu’cha vo tient ?

— Y a déjà queuqu’ temps.

— ’Ha vo fait-y bié du mâ ?

— Queuqu’fouè oui, queuqu’fouè non.

— Av’oûs d’l’appétit ? Dorm’oûs ?

— Hum ! pas pus qu’cha.

— Hein ! qui m’dit en s’grattant la tête, quéqu’ vo porriez ben aver comme cha ?… Comment qu’cha vo z’a pris ? Racontez mé cha.

— J’vas v’z’expliquer, m’sieu l’docteur. Ça a c’menché un sam’di, j’m’en rappell’ comme si c’tait hier ; y tumbait d’l’ieau à sieaulées, j’rarrivais des camps, suant comme un bœû, trempé comme eun’ soupe. La borgeoèse m’dit comme cha : « Tu f’rais p’téet’ ben d’aller t’changer. Bah ! que j’l’y réponds, j’sieus pas en suc’, j’vas pas fondre ». Et j’men fus tirer à bère pour el’souper. Mais v’là-t-y pas qu’au moment dé s’mette à tâbe, j’m’mis à trembler comme eun’fieûle. Ma femme el’ vit ben, é m’dit : « Quéqu’ t’as à trembler comme cha ? No dirait qu’t’es tout chose ; t’es tout blanc. Tu f’rais p’téet’ ben d’aller t’coucher. – Ah ! oui mais, c’est qu’j’ai sai ! – Tu vas tout d’même pas d’mette à bère dans c’t’état-là ! Va t’coucher, va, j’vas t’porter d’qué