Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/111

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


96

Sidi Moh’ammed el Adjeli et le juif Haroun (175).
(Chelh’a du Sous).

Il arriva à Sidi Moh’ammed el ’Adjeli une aventure étrange avec un juif qui s’appelait Haroun et qui était sorcier. Celui-ci alla un jour à Fas où le sultan Mouley Solimân (176) tenait son conseil. Haroun vint s’enlever en l’air au-dessus de la tête du prince, de façon à pouvoir insulter les musulmans. Le sultan dit à ceux-ci : « Comment s’y prend le Juif ? » Il chercha parmi eux : personne ne put faire descendre Haroun. On répondit à Mouley Soliman : « Maître, donne-nous le temps de consulter les t’olba et les savants qui sont parmi nous. — Allez, dit le sultan, je vous donne trois jours ; si vous ne le