Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/158

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


108

Le langage des bêtes (197).
(Ouargla).

Au temps jadis, il y avait un homme qui possédait beaucoup de biens. Un jour, il alla dans une boucherie ; vint un lévrier qui mangeait des os. Le boucher lui donna un coup qui le fit crier. À cette vue, le cœur de l’homme fut saisi de compassion, il acheta au boucher la moitié d’un morceau de viande et le jeta au lévrier. Celui-ci le prit et s’en alla. C’était le fils d’un roi de dessous la terre.

La fortune changea contre cet homme, il perdit tous ses biens et se mit à laver pour les gens. Un jour, il était allé laver quelque chose ; il l’étendit sur le sable blanc pour sécher. Une gerboise apparut avec un