Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/176

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


droit. Un jour, le sultan et le vizir emmenèrent des femmes pour les reconnaître. (L’affaire découverte), le roi et son vizir cherchèrent le jeune homme pour lui couper la tête. Ils l’amenèrent aux gardes pour lui enlever ses vêtements. L’un d’eux vit le croissant, le sabre, la parure et lui dit : « Demeure ici. » Il alla trouver le roi et lui dit : « C’est ton fils. » Haroun envoya dix cavaliers qui le lui amenèrent et il lui demanda : « Connais-tu ces jeunes filles ? — Par Dieu, montre-les moi, répondit-il. » Il les lui montra en ajoutant : « Voici ta sœur. » Il lui fit épouser la fille du vizir, célébra les noces et régna avec lui. C’est fini (205).