Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/187

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quand ils furent arrivés à la ville qui était le but de leur voyage, ils se séparèrent, chacun alla chez lui. L’un d’eux raconta à sa fille ce que son compagnon lui avait dit sur la route. « Voici le sens de ses paroles, répondit-elle. Porte-moi et je te porterai veut dire : Parle-moi et je te parlerai (pour nous distraire) ; la phrase : les propriétaires de la moisson l’ont mangée, signifie : ils l’ont vendue et en ont reçu le prix ; enfin le mort est vivant exprime qu’il a des enfants, et que quand on dit par exemple : ’Abd Allah, fils de ’Abd el Qâder, on nomme le père en même temps que le fils, il est donc vivant (209). »