Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/220

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

127

(Mzab) (229).

Priez Moh’ammed, celui qui nous écoute
Tu entendras toutes mes paroles avec ton cœur juste.
Donne-moi ton cœur, tu écouteras toutes mes paroles.
Tu sais qu’il est la justice et la sagesse parfaites.
Il n’y a point chez moi de mensonge ni de parole vaine.
(Mon cœur) s’appuie sur la vérité ; il n’y a rien à me reprocher.
Que celui qui veut le paradis se lève et fasse tout ce que Dieu lui demande pour le recevoir.