Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


65

La tortue, la grenouille et le serpent (129)
(Beni Menacer).

Autrefois la tortue épousa la grenouille ; un jour, elle se disputa avec elle ; la grenouille se sauva et se retira dans un trou : la tortue affligée sortit devant la porte de sa maison et se tint là, soucieuse.

À cette époque, les bêtes parlaient. Le gypaète passa près d’elle et lui dit : « Qu’est-ce qui t’a prise ? Tu es soucieuse ce matin. — Rien, dit la tortue, sinon que la grenouille est partie. » Le gypaète reprit : « Je vais la ramener. — Tu me rendras un grand service. » Le gypaète se mit en route et arriva au trou de la grenouille : il gratta