Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/79

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


81

La brebis et le chacal (154).
(Oued Righ).

Le chacal alla trouver la brebis et lui dit : « Tu dois à mon grand-père cinq livres de graisse : paie les-moi. — Je ne dois rien à ton grand’père, répliqua-t-elle. — Allons devant le qâdhi. — Soit, allons-y. » Ils se rendirent près du lion qui était le qâdhi et parlèrent devant lui. Le lion dit à la brebis : « Donne-lui le serment chez toi. — Viens demain, dit la brebis au chacal, je te donnerai le serment. »

Elle s’en alla et mit un lévrier sous un panier. Quand le chacal arriva, elle lui dit : « Jure par ce panier. » Il le regarda et vit le lévrier par dessous. « Hier, répondit-il, je me suis rappelé que tu m’as payé ; tu ne me dois rien : va à tes affaires. »