Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Oh ! les appartemens sont bien plus singuliers ! répondoit-il ; vous allez voir… Ne voulez-vous pas entrer ?…

— Dans un moment, reprenoit-elle ; ceci a bien son prix : il faut tout parcourir ; il y a là quelque chose que nous n’avons pas vu. Allons, Trémicour, point d’impatience.

— Je n’en ai point, Madame, dit-il un peu piqué : c’est pour votre intérêt que je parle. Vous vous fatiguerez ici à marcher, et vous ne pourrez plus…

— Oh ! vous me pardonnerez, dit-elle avec un ton railleur ; je suis venue ici uniquement pour marcher, et je sens mes forces. »

Il fallut qu’il essuyât cet entêtement jusqu’au bout. Il dura encore près d’un quart-d’heure. Heureusement il parvint à y soupçonner du caprice, sans quoi je crois qu’il l’auroit plantée là. Il la conduisoit par la main, et toujours il la tiroit vers la maison. Trois ou quatre fois de suite elle eut la méchanceté de se laisser entraîner jusqu’à un