Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


certain point ; elle faisoit quelques pas, et elle revenoit pour examiner encore ce qu’elle avoit déjà examiné. Il l’entraînoit toujours, il paroissoit marcher sur des épines ; elle en rioit intérieurement, et lui donnoit de ces regards qui, par un artifice unique, disent : « Je me plais à vous désespérer », en paroissant solliciter la complaisance. À la fin, une vivacité échappa à Trémicour. Elle feignit de ne le trouver pas bon, et lui dit qu’il étoit insupportable.

« C’est vous-même qui l’êtes ! répondit-il ; vous m’avez promis que vous verriez tout, et nous restons ici. J’aime mes appartemens, et je veux que vous les voyiez.

— Eh bien ! Monsieur, il n’y a qu’à les voir ; il ne faut point de querelle pour cela. Bon Dieu, que vous êtes prompt !… »

Le son de voix et le regard qui l’accompagnoit étoient si doux qu’il sentit augmenter le défaut qu’on lui reprochoit.

« Oui, dit-il, je suis prompt, je compte