Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chargé de cette entreprise, avoit gradué ces lumières en plaçant des terrines sur les devans, et seulement des lampions de différentes grosseurs dans les parties éloignées. À l’extrémité des principales allées, il avoit dispassé des transparens dont les différens aspects invitoient à s’en approcher. Mélite fut enchantée, et ne s’exprima pendant un quart-d’heure que par des cris d’admiration. Quelques instrumens champêtres, firent entendre des fanfares sans se montrer ; plus loin, une voix chantoit quelqu’ariette d’Issé ; là, une grotte charmante faisoit bondir des eaux avec impétuosité ; ici, une cascade ruisseloit et produisoit un murmure attendrissant. Dans des bosquets divers, mille jeux variés s’offroient pour les plaisirs et pour l’amour ; d’assez belles salles de verdure annonçoient un amphithéâtre, une salle de bal et un concert ; des parterres émaillés de fleurs, des boulingrins, des gradins de gazon, des vases de fonte et des figures de marbre mar-