Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quoient les limites et les angles de chaque carrefour du jardin, qu’une très-grande lumière, puis ménagée, puis plus sombre, varioit à l’infini. Trémicour, ne marquant aucun dessein et affectant même, comme je l’ai dit, de montrer moins d’ardeur qu’il n’en avoit, conduisit Mélite dans une allée sinueuse qui lui fit craindre intérieurement quelque surprise. En effet, cette allée, tracée par une courbure subite, ne présentoit plus que des ténèbres. Elle n’eût pas craint d’y entrer si elle se fût sentie indifférente ; mais le trouble secret qu’elle éprouvoit lui rendoit tout à craindre. Elle parut effrayée, et sa frayeur redoubla par le bruit d’une artillerie précipitée. Trémicour, qui sçavoit apprécier l’avantage que donne à un homme, en toute occasion, la frayeur d’une femme, la reçut et la serra vivement dans ses bras au mouvement qu’elle fit. Elle alloit s’en dégager avec une vivacité égale, lorsque l’éclat subit d’un feu d’artifice lui montra dans