Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est tout un autre goût, reprit-il, et, comme vous ne reviendrez plus ici, je serois charmé…

— Non, dit-elle, dispensez-m’en. Vous me direz comment il est, et ce sera la même chose.

— J’y consentirois, reprit-il ; mais nous voilà arrivés. C’est un instant : vous ne pouvez pas être si pressée ?… D’ailleurs, vous m’avez promis de tout voir, et, si je ne me trompe, vous vous reprocheriez de n’avoir pas gagné légitimement la gageure.

— Il le faut donc ! dit-elle. Allons, Monsieur ; vous pourriez bien, en effet, vous vanter de n’avoir perdu qu’à demi… »

Ils étoient déjà dans le sallon ; Trémicour en ouvrit une des portes, et elle entra d’elle-même dans un cabinet de jeu. Ce cabinet donne sur le jardin. Les fenêtres en étoient ouvertes ; Mélite s’en approcha après avoir donné quelques coups d’œil à l’appartement, et revit, peut-être avec plaisir, un lieu d’où elle venoit de s’arracher.