Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vos yeux sont plus justes que vous ; ils expriment du moins de la pitié…

— Quand je voudrois vous croire, lui dit-elle, le pourrois-je ? Oubliez-vous où nous sommes ? pensez-vous que cette maison est dès long-tems le théâtre de vos passions trompeuses, et que ces mêmes sermens que vous me faites ont servi cent fois au triomphe de l’imposture ?

— Oui, répondit-il, je pense à tout cela ; je me souviens que ce que je vous dis, je l’ai dit à d’autres, et que je l’ai toujours dit avec fruit ; mais, en employant alors les mêmes expressions, je ne parlois pas cependant le même langage. Le langage de l’amour est dans le ton ; le mien toujours déposa contre mes sermens. Il m’en tiendroit lieu aujourd’hui si vous vouliez me rendre justice. »

Mélite se leva (c’est la preuve infaillible de la persuasion quand on n’est point fausse). Trémicour courut vers elle.