Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PÉPILLA.

Oui, tu vaux un bossu, tout juste !


LE VOYAGEUR.

La servante m’a tutoyé, ma parole !


RÉCAPO.

C’est égal…


LE VOYAGEUR.

Cher ami ?


RÉCAPO.

Si la nourriture devient aussi infecte, je cherche une autre pension.


LE VOYAGEUR.

Pauvre Monsieur Récapo !


LE DRAPIER.

On s’y fait… Il y a combien d’années que vous mangez à cette auberge ?


RÉCAPO.

Cinq ans, hélas !… C’est la raison de ma maigreur !


LE VOYAGEUR.

Incontestée…


LE DRAPIER.

Et vous ?


L’HORLOGER.

Moi, deux… Aussitôt ma boutique d’horlogerie fermée, je viens ici… J’y reste jusqu’à neuf heures en été… Puis je vais me coucher seul comme un capucin, dès que le soleil est couché…


RÉCAPO.

Ah ! Les habitudes !… J’ai préféré cette pen-