Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ressante, oui… C’est pressé. À quelle heure voulez-vous venir ?… Deux heures et demie ?… Parfait… Je ne vous dérange pas plus longtemps… Demain, à deux heures et demie précises, s’il vous plaît… Au revoir… (Il raccroche.) Le pneu, maintenant. (Il dicte.) « Il est question d’une reprise de notre opérette la Marquise de Carabas… On nous demande de sérieuses coupures. Apportez votre partition que je n’ai pas chez moi… Demain, à deux heures absolument précises… Soyez exact, je vous prie… Bien vôtre…

(Elle lui tend la plume. Il signe.)


Scène XI


Les Mêmes, MARTHE


MARTHE, (elle a passé un déshabillé.)

Comment ?… Machin et Chose sont partis ?…


BARNAC.

Il y a belle lurette.


MARTHE.

Un changement de costume pour rien !


BARNAC, (à Mademoiselle Tigraine.)

Portez ce pneu à l’office et dites à Aubin qu’il le mette immédiatement à la poste ?…

(Mademoiselle Tigraine sort.)

BARNAC.

Une petite tuile, mon chouchou…


MARTHE.

Ah !… de quelle couleur ?… Rose ?…