Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trant Barnac.) Lui aussi n’est pas insensible à la petite poule !… Je le connais !


GENIUS.

Ignorez-vous, mon cher, que notre académicien s’est plongé depuis un an dans les lectures et les connaissances les plus graves… Tenez, Guérin…

(Il prend des livres sur la table.)

GUÉRIN, (lisant les titres.)

La Critique de la raison pure... La Monadologie… Ah ! nom de nom… Mona… Mona… Et celui-ci… (Il ouvre et lit un titre de partie.) L’Impératif catégorique… Ah ! nom de nom !… Eh ! bien, qu’est-ce que vous prenez pour votre rhume ! C’est le cas de le dire !…


BARNAC.

Eh ! eh !… une pièce en deux actes sur l’impératif catégorique.


GUÉRIN.

Mais, sapristi, avec tout ça vous n’allez pas abandonner le théâtre ?… Vous écrivez un peu chaque jour, j’espère ?…


BARNAC.

Il y a dans mes tiroirs un manuscrit inachevé depuis deux ans, mes amis.


MABELLA.

Quand allez-vous donner votre nouvelle pièce, maître ?


BARNAC.

Je ne peux pas m’y résoudre… Je suis si loin de ces préoccupations-là !…